Ce guide vous propose des infos pour obtenir le financement de médicaments qui ne sont pas dans le Sal Habriout (panier de santé). Source : Kolzchut

Tout d’abord, vérifier si le médicament est ou non dans le sal habriout, ou bien s’il est pris en charge dans le cadre d’une assurance santé complémentaire ou d’une assurance santé privée.

  1. Consulter le Registre des médicaments du ministère de la Santé et ne pas se contenter des infos fournies par les caisses de maladie. Voir notre page “Équivalences médicaments France / Israël”.
  2. S’adresser au médiateur de la Commission des plaintes du public du ministère de la Santé et lui demander de le vérifier. Par téléphone au *5400 ou par e-mail : [email protected].
  3. Pour savoir si un médicament est inclus dans une assurance complémentaire (“Shaban”), il est fortement conseillé de vérifier sur le site Kol Habriout du ministère de la Santé.
  4. Si vous avez une assurance santé privée, vérifiez auprès de la société d’assurance.

Le prix d’un médicament non compris dans le panier de santé peut atteindre des dizaines de milliers de shekels. Ce guide donne des infos sur les différentes manières d’obtenir des médicaments dans le cadre de votre assurance santé et dans le cas où ils ne sont pas dans le panier de santé.

Pour résumer :

Pour financer un traitement À qui s’adresser ? Info supplémentaire
Assurances complémentaires (“Shaban”) Caisse de maladie – Un médicament est-il inclus dans une assurance complémentaire ? Voir Kol Habriout
et sur ces assurances : Couvertures des caisses
Assurance santé privée Société d’assurance privée Voir Les assurances privées
Commission des exceptions Caisse de maladie Notre page sur le sujet
Aide financière des associations de malades Associations de malades Liste dans tableau plus bas
Organisations fournissant une aide financière pour les médicaments Organisations fournissant une aide financière Liste dans tableau plus bas
Participation à une recherche (essai) clinique Chercheur ou institution effectuant l’expérimentation Voir paragraphe sur les essais cliniques
Traitement par protocole compassionnel Le médecin traitant Voir le paragraphe sur le protocole d’usage compassionnel

 

ASSOCIATIONS DE MALADES

  • Il existe des associations de malades (selon les types de maladies) qui aident à financer des médicaments et des traitements.
  • Pour le savoir, il faut s’adresser à chaque association directement, en fonction de la maladie.
  • Liste des associations de malades : page en anglais de Kolzchut et aussi le site Shira Pransky Project

 

ORGANISATIONS OFFRANT UNE AIDE AU FINANCEMENT DE MÉDICAMENTS

Nom Adresse Téléphone
Bonei Olam Direction : 14 rue Nissenbaum. BP 1560. 5158019 Bnei Brak, Israel.

8 Malchei Yisrael Street
Geula, Jerusalem

1-800-300-307

03-9491200

Haverim Léréfoua 4 Shmuel Hanavi St., Bnei Brak,

POB 6782, Ramat-Gan 52167

03-5792220
Yad Eliezer Dépot : 12 rue Polansky, Jérusalem
PO Box 41074 Jerusalem, 91410
02-5912200
Yachad Betikva 7 rue Minhat Schlomo, petah Tikva BP 670 03-5743230
03-6746167
Keren Ishay 11 rue Haïm Vital, BP 34205, Jérusalem 91341 02-6521986
Refoua Vésim’ha Siège : 88 rue Agrippas, Jérusalem. BP 57787 02-8002000
1800-80-80-85

 

PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE – Voir site du ministère de la Santé (en français)

  • En Israël, une grande variété d’expériences médicales sont réalisées dans divers domaines : médicaments, accessoires et équipements médicaux, produits comportant des cellules et des tissus vivants, épidémiologie de maladie etc.
  • Un malade pour dont la maladie n’a pas de traitement approprié peut participer à un essai clinique, où il recevra un traitement qui n’a pas encore été mis sur le marché.
  • Sources d’infos sur les essais cliniques :
  • Pour être inclus dans un essai clinique, le patient doit d’adresser au chercheur ou au centre où aura lieu la recherche. Il est recommandé de prendre conseil auprès de son médecin traitant.
  • La participation aura lieu avec l’accord du malade uniquement et nécessite son consentement éclairé :
    • Le patient doit donner son consentement par écrit.
    • Pour que le consentement soit recevable, le responsable de la recherche doit lui expliquer en détail les conditions de l’essai, y compris les risques possibles et les circonstances dans lesquelles l’essai pourrait être interrompu.

 

TRAITEMENTS DANS LE CADRE DE PROTOCOLES D’USAGE COMPASSIONNEL

  • Les protocoles ou programmes d’usage compassionnel permettent d’administrer un médicament qui n’est encore autorisé dans aucun pays à un patient atteint d’une maladie grave, ou qui entraîne un handicap important, et qu’on ne peut pas soigner par un médicament existant, ni inclure dans le cadre d’un essai clinique (il vaut mieux en général un traitement dans le cadre d’un essai clinique).
  • Ce type de traitement est fournit par les sociétés pharmaceutiques (qui n’ont pas d’obligation à les fournir) et le médecin traitant doit assurer le suivi du traitement.
  • Il faut une autorisation préalable du ministère de la Santé.
  • Pour obtenir l’autorisation du traitement, le médecin doit estimer que son efficacité est supérieure au risque qu’il comporte
  • L’autorisation du traitement dépend de la disponibilité du médicament tout au long du traitement.
  • La demande d’autorisation doit être faite par l’établissement médical. Il y inclura l’historique médical du patient ainsi qu’un formulaire de consentement éclairé rempli par le patient.
  • Il n’existe pas d’obligation à fournir un traitement par protocole compassionnel :
    – Les médecins ne sont pas tenus de proposer ce type de traitement
    – Les médicaments sont fournis gratuitement par les sociétés pharmaceutiques qui ne sont pas obligées de fournir ce type de traitement (même s’il y a accord du ministère de la Santé).

Infos en français assez complètes sur le protocole d’usage compassionnel : site Eurordis.

Print Friendly, PDF & Email