Tipat ‘Halav

En parallèle des médecins de famille ou des pédiatres, les dispensaires de Tipat ‘Halav (« goutte de lait »), équivalents des PMI (services de Protection Maternelle et Infantile) forment un réseau de dispensaires dédiés principalement à la petite enfance (de la naissance jusqu’à l’âge de six ans). Ces dispensaires sont régis soit par le gouvernement, soit par les caisses d’assurance maladie, soit par la mairie en fonction de l’endroit. C’est notamment à la Tipat ‘Halav que l’on emmène les enfants se faire vacciner (contrairement à la France où la vaccination se fait chez le pédiatre). Ils suivent également le développement de l’enfant et vérifient l’ouïe, la vision et la communication.

Les visites y sont gratuites, ainsi que les vaccins de routine qui y sont administrés.

Dans les plus grandes villes, chaque quartier à son dispensaire de « Tipat ‘Halav ».

L’équipe de chaque dispensaire est composée principalement d’infirmières mais également de médecins pédiatres ou spécialistes, assistante sociale, diététicien, etc.

Ce sont les infirmières chez qui les visites de routines et de vaccination s’effectuent. Au besoin, elles peuvent suggérer de prendre rendez-vous avec d’autres membres de l’équipe soignante.

Liste exhaustive des stations de Tipat ‘Halav  dans tout le pays (en hébreu).

Coordonnées des dispensaires de Tipat ‘Halav en français pour les villes de :
Ashdod, Ashkélon, Bat-Yam, Be’er-Sheva, Eilat, Guivatayim, Hadéra, Haïfa, Hertzeliya, Holon, Jérusalem, Ma’alot, Modi’in, Natanya, Petah-Tikva, Ra’anana, Ramat-gan, Réhovot, Rishon lé Tsion, Tel-Aviv, Tibériade.
(Source : le site Tinokland)

À l’heure actuelle, les vaccins administrés aux bébés et aux enfants à la Tipat ‘Halav (et plus tard à l’école et au collège) faisant partie du programme de vaccination sont :

  • Le vaccin pentavalent : diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, Haemophilus influenzae b (responsable de pneumonies et de méningites)
  • Le vaccin contre le pneumocoque
  • Le vaccin quadrivalent : rubéole, oreillons, rougeole et varicelle
  • Le vaccin contre l’hépatite virale B
  • Le vaccin contre l’hépatite virale A
  • Le vaccin contre le rota-virus (responsables de gastro-entérites)
  • Le vaccin contre le virus du papillome
  • Le vaccin contre la grippe (depuis l’année scolaire 2016-2017) en kita Bet (CE1) pour les enfants nés entre le 1.9.2008 et le 31.8.2009.

À partir de l’âge de six ans, les dossiers sont transférés au système scolaire et les enfants seront vaccinés dans les établissements scolaires.

Si vous arrivez en Israël avec des enfants de moins de six ans, prenez rendez-vous avec la Tipat ‘Halav de votre quartier/ville pour une visite initiale. En fonction du besoin et du calendrier vaccinal, les rendez-vous suivants seront fixés.  N’oubliez pas d’amener avec vous l’historique des vaccins déjà administrés en France.

Si vous venez d’accoucher, pensez à prendre rendez-vous au moins vers l’âge d’un mois pour débuter le programme de vaccinations dont voici le calendrier diffusé sur le site du ministère de la Santé, site où vous pouvez voir également des infos détaillées sur les vaccins en français.

  • Calendrier des vaccinations mis à jour pour l’année scolaire 2016-2017 : (cliquez dessus pour l’agrandir)
  • Quelques rectifications sur les âges et les classes indiqués après 24 mois, dans la colonne de gauche en blanc :
    Au lieu de
    – 6 mois (maternelle)  → 6 ans (CP = kita Alef)
    – 7 mois (CP1)                 → 7 ans (CE1 = kita Bet)
    – 13 mois (Quatrième) → 13 ans (4ème = kita ‘Het)
    Et aussi, colonne de droite, en mauve : le vaccin (contre la grippe) sera administré aux enfants (non pas de CP1) de kita Bet (1 dose, et au cas où une 2e est nécessaire, ce sera fait gratuitement dans le cadre de la koupat holim – info sur le site du ministère de la Santé en français et en anglais  le site de Maccabi, en hébreu).

Tableau des dates de vaccination pendant l'enfance

Conversation vidéo avec un pédiatre

Pour les enfants assurés jusqu’à l’âge de 18 ans. Pour les cas qui  présentent une urgence, s’adresser aux services d’urgences (voir la rubrique « En cas d’urgence »)

  • Clalit : propose à ses adhérents la possibilité d’avoir une conversation vidéo en ligne avec un pédiatre du Centre médical Schneider. Il s’agit du service « pédiatre en ligne », disponible durant les heures où les dispensaires sont fermés, la nuit, le week-end et les jours fériés. Explications en français sur son site ici. (en français)
  • Maccabi : service « Mon pédiatre » qui permet aux parents de s’adresser à leur pédiatre en dehors des horaires du dispensaire et également pendant les week-ends et les fêtes. La conversation avec le pédiatre a lieu soit par téléphone soit par conversation vidéo, et il peut vous guider, vous orienter vers des examens, prolonger une ordonnance en cas de besoin et même vous adresser aux urgences ou à un centre médical de Maccabi. Ceci à condition que votre pédiatre soit affilié à ce service, sinon, ce sera un pédiatre du dispensaire auquel est rattaché l’enfant qui répondra. Service accessible en passant par l’application Maccabi Kids ou depuis votre ordinateur. Voir sur son site ici (hébreu).

Congés pour enfant malade

Les parents qui travaillent ont le droit de prendre jusqu’à 8 jours par an de congé pour s’occuper d’un enfant malade âgé de 16 ans au maximum, sur le compte de leurs propres congés maladie (18 jours).
Dans le cas d’une maladie maligne ou de traitement par dialyse d’un enfant de moins de 18 ans, ils ont droit à 90 jours par an (dans certains cas jusqu’à 110 jours).
Le paiement des jours d’absence pour maladie de l’enfant se fait comme suit :
– le 1er jour est à la charge de l’employé à 100 %
– le 2e et le 3e jour sont payés à 50 % par l’employeur
– à partir du 4e jour, le salaire est versé en entier par l’employeur, etc.
Une loi est passée le 4.8.2016 en faveur des parents qui se relaient auprès d’un enfant malade : les jours d’absence seront décomptés à partir du 1er jour pris par l’un des deux parents.
Par exemple : les parents s’absentent 4 jours en tout. Le père les 2 premiers jours et la mère les 3e et 4e jours. Le père ne sera pas payé pour le 1er jour et le sera à hauteur de 50 % pour le 2e jour. La mère sera payée à hauteur de 50 % pour le 3e jour et à 100 % pour le 4e jour. (Auparavant, chaque parent n’était pas payé pour son premier jour d’absence et seulement à 50 % pour son 2e jour d’absence).
Pour bénéficier de ce droit, chaque parent doit fournir un certificat médical à son employeur et l’informer que son conjoint s’absente également pour soigner l’enfant.
Si l’entreprise a une convention qui permet de rémunérer le parent dès le 1er jour d’absence, c’est elle qui s’applique.
Plus de détails sur le site Kolzhut en hébreu – en anglais

Vidéos de conseils aux parents

La’association Goshen, avec le soutien de la Fondation Pharmadom, a réalisé une série très sympa de 15 vidéos sous-titrées en français sur le thème de la parentalité.
Vous y trouverez des conseils pour faire face à toutes sortes de situations et des réponses à des questions qui se posent à divers stades de la croissance des enfants.
Des spécialistes dans divers domaines de la santé y ont contribué, elles sont courtes et bien ciblées.
Pour les voir, cliquez sur les liens ci-dessous :

– Vidéo trailer “Parlons de…”

1 – Le sevrage des couches-culottes

2 – L’image corporelle

3 – Dépression post-natale

4 – L’importance du père dans le comportement de l’enfant

5 – Les troubles de l’alimentation chez le grand enfant et l’adolescent

6 – Comportement dangereux des adolescents

7 – Les soins en cas de fièvre

8 – Des conseils pour l’allaitement

9 – Nuits sans sommeil

10 – Le refus de dormir

11 – La lecture aux enfants

12 – Punition : est-elle indispensable ?

13 – Comment faire face aux crises de colères des enfants

14 – La relation avec bébé après la naissance

15 – Encouragement du comportement positif chez l’enfant

L’aasociation Goshen a développé divers projets pour les enfants. Voir son site en hébreu et en partie en anglais : “Gadalta”

Développement de l’enfant

Le panier de santé accorde à l’enfant des soins dans le cadre du développement de l’enfant de la naissance à l’âge de 9 ans (et pour certains cas jusqu’à l’âge de 18 ans). Le suivi comprend plusieurs examens effectués par des médecins et des professionnels de la santé.

Les professionnels qui traitent du domaine du développement chez les enfants sont issus de domaines nombreux et diversifiés : physiothérapie, ergothérapie, communication, médecine, psychologie, travail social, assistance et éducation. Parfois sont intégrés des représentants de domaines proches comme les thérapeutiques par la musique, les arts, etc.

Pour certains traitements, il sera demandé une participation financière des parents, en fonction de l’âge de l’enfant et du type de traitement.

Les droits et services compris dans le panier de santé, source : ministère de la Santé

Les étapes à suivre pour l’évaluation et le traitement des enfants au cas où l’on suspecte un problème au niveau de son développement :

  • Consulter le pédiatre ou le médecin de famille.
  • Le pédiatre ou le médecin de famille recommande de s’adresser à un institut pour le développement de l’enfant pour un diagnostic.
  • Demander à la koupa ou télécharger sur son site les formulaires nécessaires pour le diagnostic et / ou le traitement.
  • Les retourner, accompagnés éventuellement de résultats de tests antérieurs, soit à la koupa, soit à l’institut qu’elle gère ou agrée.
  • Vous recevrez une réponse et une recommandation pour un traitement dans un ou plusieurs domaines.

En Israël, le système développemental est constitué de trois principaux éléments : des instituts pour le développement de l’enfant, des unités développementales et un système de professionnels de la santé privés.

Instituts pour le Développement de l’Enfant – מכונים להתפתחות הילד

Les instituts traitent du diagnostic et du traitement d’enfants souffrant de problèmes développementaux aigus et plus complexes. Dans les instituts, travaille une équipe professionnelle dans tous les domaines du développement de l’enfant et plus particulièrement des conseillers dans les domaines médicaux adaptés, tels que des généticiens, des orthopédistes, des oculistes et autres.

En Israël, œuvrent 35 instituts reconnus dans le domaine du développement de l’enfant dont 9 du Ministère de la Santé (affiliés aux hôpitaux gouvernementaux) et les autres appartiennent aux koupot ‘holim (caisses maladie) (vrai pour l’année 2013).

Liste des instituts reconnus par le ministère de la Santé, classés par affiliation au ministère de la Santé ou aux caisses de maladie.
Liste des instituts classés par région (centre, nord, sud). (source : site de l’association israélienne pour le développement de l’enfant).

Unités pour le développement de l’enfant – יחידות טיפוליות להתפתחות הילד

La plupart du temps, les enfants dirigés vers les unités ont d’abord été diagnostiqués dans des instituts. Dans les unités, se trouve une équipe de professionnels dans les domaines du développement de l’enfant agissant principalement dans le domaine du traitement. Chaque enfant souffrant d’un problème développemental, et ayant besoin d’un traitement par plus d’un professionnel doit recevoir le traitement dans un institut ou dans une unité développementale. Le temps d’attente pour le diagnostic et le traitement est limité et défini dans la circulaire de l’administration de la médecine de 2006.

En Israël, il y a environ 80 unités développementales – anciennes et nouvelles (selon les données pour 2012, la plupart des grandes villes ont généralement plusieurs unités). En 2011, une vingtaine de nouvelles unités développementales se sont ajoutées aux précédentes, principalement dans le cadre du programme national pour les enfants en danger qui finance une partie des activités de l’unité. La plupart des unités fonctionnent sous la responsabilité d’associations publiques avec l’aide de l’autorité locale, et de plus, les koupot ‘holim  et le réseau de centres communautaires font marcher d’autres unités.

Liste des unités pour le développement de l’enfant reconnues par le ministère de la Santé.

Thérapeutes privés – Ces professionnels traitent généralement des cas les plus légers, car la koupat ‘holim ne peut leur adresser que des enfants souffrant d’un trouble dans un seul domaine et ils ne peuvent traiter que d’enfants plus âgés (généralement de plus de 9 ans).

 

Listes des instituts pour le développement de l’enfant des caisses de maladie :

Clalit : (hébreu)

Maccabi : (hébreu)

Meuhedet : moteur de recherche selon le lieu et les heures d’ouverture,
dans la 1ère case à droite, inscrire : מכונים להתפתחות הילד

Leumit :

  • Centre pour le développement de l’enfant à Jérusalem – 3, rue Trumpeldor
    Tél. : 02 5675111, poste 1
  • Institut pour le développement de l’enfant – Hôpital français à Nazareth. Tél. : 04 6509056
Print Friendly, PDF & Email