L’équivalence des diplômes entre la France et Israël est un sujet particulièrement sensible et d’actualité, en particulier pour les professions médicales et paramédicales, qui sont des professions dites règlementées.
Permis d’exercer : une fois que votre diplôme sera reconnu, il faudra encore obtenir un permis ou licence d’exercice de votre profession, ce qui implique selon les cas des examens et/ou des stages et/ou une certaine durée d’exercice en Israël.

Pour faciliter la reconnaissance des diplômes, une pièce importante à joindre est l’Annexe descriptive au diplôme ou Supplément au diplôme Europass. (source AEEGE)
Assurez-vous de l’avoir avant de faire votre alya. Pour plus de détails, voir les site de WikiFAGE et le site EUROPASS  et pour recevoir une aide, celui de l’AEEGE .

L’association AAEGE Israel (Association des Anciens et Élèves de Grandes Écoles et Universités en Israël) accorde à ce thème une attention particulière et met à jour très régulièrement les informations essentielles qu’il vous faut savoir.

Site internet de l’AAEGE Israel (section diplômes) : vous y trouverez entre autres la description des professions nécessitant une validation de diplôme, des explications sur les types de reconnaissance des diplômes étrangers, ce qu’il faut savoir en fonction de la profession et une grande liste de conseils et recommandations.

Tableau des procédures par diplôme daté de Février 2015, édité par l’AAEGE Israel (toute profession règlementée confondue).

Procédures de reconnaissance des diplômes par profession :

Depuis juin 2015 l’AAEGE fait partie de l’association Qualita qui regroupe plusieurs associations dans le but de faciliter l’alya de France sous de nombreux aspects. Elle agit entre autres auprès des institutions israéliennes pour la reconnaissance des diplômes français en Israël.

Dentistes : une grande avancée a été réalisée en ce qui concerne les dentistes : depuis le 2 juin 2016 les dentistes ayant exercé dans leur pays d’origine pendant au moins 5 ans dans les 7 années précedentes ne devront plus passer d’examen pour obtenir leur permis d’exercer. Il leur suffira de présenter une demande d’exemption en apportant les preuves de leur activité professionnelle.
Sources : sites de Qualita et de l’Association des chirurgiens dentistes francophones en Israel (EFI).

Pharmaciens : bonne nouvelle pour les pharmaciens : plus d’examen systématique pour obtenir l’équivalence de diplôme !
Le 9 janvier 2017, le correctif de la loi des pharmaciens visant à annuler l’examen pour l’autorisation d’exercer a été voté en 2e et 3e lecture à la Knesset.
Les olim pharmaciens ayant plus de 2 ans d’expérience professionnelle (au cours des 4 ans précédant leur alya) devront seulement passer un examen sur la législation pharmaceutique et travailler un certain temps sous supervision en Israël (1 an pour ceux ayant 3 ans d’expérience au moins, et 2 ans pour ceux ayant 2 à 3 ans d’expérience).
Site de la Knesset : https://goo.gl/l4jlv4
Site Jss News : https://goo.gl/cVKDJo

La commission des Affaires Sociales, de la Santé et du Travail de la Knesset a voté le mercredi 2 juillet 2017, en faveur des décrets d’application du correctif de loi, qui établissent les conditions d’obtention du permis d’exercer en pharmacie en Israël, pour les détenteurs d’un diplôme étranger. Pour plus de détails : le post sur la page Facebook de Qualita

Médecins : en juillet 2017, bonne nouvelle pour les étudiants et internes en médecine de France.
Le diplôme de fin de deuxième cycle des études de médecine est désormais reconnu par le Ministère de la Santé israélien, ce qui permettra d’effectuer sa spécialité de médecine en Israël.
-Tout étudiant ayant obtenu son diplôme de fin de deuxième cycle de médecine en France devra en Israël passer un examen et faire un stage.
-Tout étudiant interne, ayant déjà au moins un an d’internat en France à son acquis reconnu par le ministère israélien, pourra en Israël, exercer en tant que médecin et continuer son internat en Israël. Il sera alors exempté d’examen.
Il est important de noter que ces médecins ne recevront ni en Israël ni en France le diplôme de Docteur en Médecine (MD) puisque celui-ci ne peut être délivré que par la faculté où les études ont été poursuivies.
Voir à ce sujet le témoignage d’un jeune interne sur Studio Qualita, avec des infos importantes.

Infirmières : des infirmières et des associations de soutien à l’alya (par exemple Qualita en août 2017) ont récemment lancé des procédures pour tenter de modifier ou supprimer l’examen que doivent passer les infirmières/ers Olim pour la reconnaissance de leur diplôme et obtenir le permis d’exercer en Israël.
En attendant, il existe depuis peu un blog qui contient tous les renseignements pour se préparer à la procédure d’équivalence du diplôme : Equivalences infirmières France/Israël. Il est fortement conseillé de le consulter, c’est une mine d’infos !

L’association Gvahim propose des programmes pour faciliter l’insertion professionnelle des olim en Israël. Pour les médecins français, elle met en œuvre le programme Olim Medical.
Des infos importantes pour préparer son alya, pour les médecins généralistes et spécialistes à voir aussi dans l’interview de Yonathan Rubinstein de l’association Gvahim sur Studio Qualita (youtube).

Vous pouvez consulter également le site du ministère israélien de la Santé la rubrique sur les licences des professions médicales et de la santé.

 

L’AMI, Association médicale israélienne (Hahistadrout Haréfouit Béisrael) est l’organisme officiel qui représente les médecins en Israël. Elle a un site internet en hébreu et en anglais où on trouve beaucoup d’informations importantes pour les médecins voulant faire leur alya. Il comprend un site consacré aux spécialistes et aux internes : אתר המתמחים, sur lequel on peut trouver des infos en hébreu et aussi en anglais (Foreign Med. Specialists).
Le conseil scientifique de l’AMI est l’autorité légalement compétente en matière de spécialisation des médecins en Israël et également en ce qui concerne les demandes de médecins étrangers pour faire reconnaître leurs titres de spécialistes. Il a édité une brochure en hébreu traduite en anglais et tout récemment (juin 2015) en français. Voir cette brochure ici.

Il peut également vous être utile de contacter le Medif, association des membres francophones des professions médicales et paramédicales en Israël : chirurgiens-dentistes, pharmaciens, infirmières, kinésithérapeutes, psychologues…
L’association veut aider les médecins envisageant leur alya, puis dans leur intégration. Elle organise également un enseignement post-universitaire (en français en général) et  des congrès franco-israéliens. Elle a agit pour l’annulation des examens pour les médecins généralistes et pour des allègements dans les démarches pour les spécialistes.

D’autre part, le ministère de l’Alya et de l’Intégration publie sur son site des informations complètes en français sur les aides et les formations destinées aux olim et aux citoyens de retour afin de s’intégrer sur le marché du travail, ainsi que sur les formalités à remplir pour faire reconnaître ses diplômes et obtenir un permis d’exercer : page d’accueil du site.
Vous ne pouvez entamer ce processus qu’une fois arrivé en Israël, mais sur cette page, en cliquant sur le lien indiqué, on peut remplir un formulaire qui permet, avant d’effectuer son alya, de vérifier son admissibilité à recevoir une licence d’exercer en Israël.

Pour les métiers de l’optique, le programme « Optision » est un programme d’intégration pour francophones qui propose une période d’apprentissage de la langue ainsi qu’un stage professionnel dans l’optique, permettant entre autres aux titulaires du BTS, de recevoir une équivalence à la fin du programme. Plus d’informations sur le programme sur le site Alyah.fr

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email