Le médecin traitant a en Israël son équivalent sous le nom de médecin primaire. Au niveau administratif, les médecins sont catégorisés en deux classes différentes, quelle que soit la caisse à laquelle vous êtes affilié :

 

Les médecins primaires (rof’im rishonim – רופאים ראשונים) qui sont ceux que l’on consulte en premier lieu généralement. Il s’agit des médecins généralistes (appelés aussi médecins de famille : rofei mishpa’ha – רופאי משפחה), des pédiatres (rofei yeladim – רופאי ילדים), des gynécologues (rofei nashim – רופאי נשים) et des médecins internistes (rof’im pnimi’im – רופאים פנימיים). Concrètement, leurs consultations sont inclues dans le panier santé et vous n’avez donc pas de frais trimestriel à payer, la visite est gratuite.

En théorie, vous ne pouvez pas consulter d’autres médecins de la même catégorie dans le même trimestre calendaire (janvier-mars, avril-juin, juillet-septembre, octobre-décembre), sauf cas exceptionnel où votre médecin n’est pas disponible et vous consultez son remplaçant, ou au moment où vous avez besoin de consulter en urgence, ou bien si vous vous trouvez à plus de 30 kilomètres de votre domicile.

En pratique, chaque koupa insiste sur le fait que le médecin généraliste se doit d’être au centre du système. Cela vous permet d’avoir un médecin référent qui possède toutes les données médicales vous concernant, et qui a ainsi une image globale de votre état de santé, pourra établir une relation de confiance avec vous et mieux vous connaitre pour mieux vous soigner. Bien sûr, si vous décidez de changer de médecin généraliste au sein de votre caisse, votre nouveau médecin aura accès à votre dossier médical. Le dossier médical est également transféré automatiquement si vous changez de caisse (voir les informations sur les changements de caisse ici).

Meuhedet : Le passage d’un médecin à un autre au cours du même trimestre nécessite l’accord du secrétariat de votre dispensaire et se fait aux conditions fixées par la caisse. Il entraîne le paiement de la participation trimestrielle pour une consultation, sauf dans les cas cités ci-dessus, dans lesquels la participation vous sera remboursée, sur demande auprès du dispensaire proche de chez vous et sur présentation du reçu.

Clalit : Il est possible de changer de médecin de famille en s’adressant au secrétariat de votre dispensaire. Pour un médecin exerçant dans son cabinet, il suffit de s’inscrire chez lui. Si vous consultez régulièrement un spécialiste, vous pouvez en changer tous les trois mois.

Leumit :
Si le médecin habituel n’est pas disponible dans un délai de 24h pour les enfants et de 48h pour les adultes, on peut aller voir un autre médecin. L’attribution d’un médecin référent se fait uniquement au près du service clientèle de la caisse.

Maccabi :
Il est possible de changer de médecin traitant au bout d’une période définie par le directeur médical de la caisse (qui peut dans certains cas le choisir). En cas d’absence du médecin traitant, on doit consulter son remplaçant. Si celui-ci est absent, consulter un médecin agréé par la caisse. Si ce n’est pas un cas d’urgence, il faut pour cela une autorisation du directeur médical, de même que pour changer de médecin traitant avant la fin de la période convenue.

 

Les autres médecins spécialistes, incluant également les podologues et diététiciens, sont appelés des médecins secondaires, chez lesquels vous pouvez aller consulter munis d’une lettre de référence (hafnaya) fournie en général par votre médecin primaire. Ces visites sont payantes à raison d’une participation trimestrielle à partir de la date de votre visite, de 24 à 27 shekels selon votre koupa (2015). Cela veut dire que si vous pouvez consultez le médecin plusieurs fois dans un trimestre, vous ne payez qu’une fois cette somme, la caisse règle ses honoraires directement au médecin.

Seuls les détenteurs de complémentaires ou d’assurance privée couvrant les visites de « seconde opinion » pourront consulter un deuxième médecin d’une même spécialité au cours d’un trimestre calendaire. Toutefois, si vous n’avez pas de complémentaire et que vous considérez que le premier médecin spécialiste que vous avez consulté ne vous a pas correctement pris en charge, vous pourrez toujours contacter votre caisse afin d’essayer d’obtenir une dérogation de leur part pour consulter un autre médecin spécialiste.

La Clalit ne demande pas de lettre de référence de la part du médecin de famille (hafnaya) pour consulter les médecins spécialistes dans les domaines suivants : gynécologie, orthopédie, ORL, dermatologie et chirurgie.

Meuhedet : il est possible de consulter sans hafnaya du médecin de famille ou du pédiatre les médecins spécialistes dans tous les domaines. Cependant, afin d’assurer le suivi médical, il est fortement conseillé de s’adresser en premier lieu à son médecin traitant. Le spécialiste que vous consultez peut à son tour vous diriger vers un médecin spécialisé dans un secteur précis de sa propre spécialité. Il vous délivrera pour cela une hafnaya.

Maccabi : une consultation chez un spécialiste ne nécessite pas d’hafanya du médecin de famille, sauf pour certaines spécialités indiquées dans le guide des services, mais Maccabi considère qu’il est important que le médecin de famille ou le pédiatre en ait connaissance, afin d’assurer le suivi médical.

* Dans le cas où vous avez besoin de voir rapidement un spécialiste, mais que vous avez eu un rendez-vous seulement pour dans plusieurs mois, si vous voulez le faire avancer, il est conseillé de s’adresser au secrétariat du dispensaire de santé de votre caisse où vous allez, en général, le plus proche de chez vous. Voir notre page : Avancer un RDV chez un spécialiste.

 

Dans le cadre de votre koupa, vous pouvez prendre rendez-vous :

  • Chez un médecin exerçant dans les locaux de la koupa,
  • Chez un médecin affilié à votre koupa mais exerçant dans son propre cabinet,
  • Chez un médecin exerçant à l‘hôpital, auquel cas vous avez besoin de vous munir d’une « hit’hayvout » (lettre d’engagement financier de la part de votre koupa) dans la plupart des cas.

Vous pouvez également décider de voir un médecin en privé :

  • Dans son propre cabinet
  • Au sein d’un hôpital (auquel cas, vous pourriez également avoir besoin d’une hit’hayvout). Les services privés dans les hôpitaux publics portent le nom de « Sharap » – שר’‘פ, initiales de shirout refouï prati – שירות רפואי פרטי (service de médecine privée).

La plupart des assurances complémentaires et des assurances privées prennent en charge une partie du coût de la visite chez un médecin en privé (prise en charge partielle, et limitée à un certain nombre de visites. Vérifiez avec votre koupa ou avec votre compagnie d’assurance ce à quoi vous avez le droit avec l’assurance complémentaire ou privée que vous avez souscrite.

Il est possible d’obtenir un conseil médical par téléphone, voir notre section Services téléphoniques d’urgence (même s’il ne s’agit pas d’une urgence).

 

Print Friendly, PDF & Email